Carnet de route

Et pourquoi pas une p'tite rando de milieu de semaine ?

Le 24/06/2016 par Rémi Geoffroy

Sortie du 8 juin 2016 : ET POURQUOI PAS UNE P'TITE RANDO DE MILIEU DE SEMAINE ? Ben oui, réparons cette injustice, vu le très grand succès de ces randos du mercredi ou du jeudi (une par semaine !), en voici donc une, parmi plein d'autres, sûrement tout aussi réussies… Que faire en effet ce 8 juin, alors la météo daigne enfin nous sourire un peu et qu'on dispose d'un peu de temps libre ? Nous étions dix ce jour-là à répondre en chœur : une bonne rando pas trop loin de chez nous, à la (re)découverte d'un bout de Haute-Loire, de ce plateau si proche et pourtant si différent de nos habituels reliefs ligériens (Pilat et Forez). Nous voici donc partis derrière Jean-François (Manifet…) pour une très belle boucle au profil de toboggan, entre vallée et méandres de l'Ance, et plateau d'origine volcanique aux traces encore bien visibles. Partis de Tiranges à 9h20, sous un ciel un peu tourmenté surtout à la mi-journée (nous craignions tous une ou deux averses, prévues par la météo, mais son erreur fut cette fois bienvenue…), on commence tout de suite par une petite « descente/remontée » vers Chaumont. Ce sera la première d'une bonne série, histoire de se mettre aussitôt dans le bain du jour : tantôt naviguer sur le plateau, tantôt plonger au fond d'une vallée bien encaissée (celle de l'Ance) pour mieux réémerger ensuite dans les champs et pâturages à perte de vue, parsemés de petits hameaux, du versant opposé. Avec à chaque fois de superbes découvertes (pour ceux qui comme moi n'ont jamais mis les pieds dans ce secteur) dont Jean-François a pimenté la balade du jour. À commencer par la plongée suivante sur la passerelle sur l'Ance : pas évidente du tout à trouver, car visiblement très peu fréquentée (du moins par cet accès-là) – en tout cas on ne risque pas de traverser l'Ance à gué, vu l'énorme masse d'eaux boueuses qu'elle charrie aujourd'hui ! Et puis c'est parti pour une remontée par paliers vers le pied de la fameuse « Coulée de lave » de Bourianne (qui n'en est pas vraiment une, c'est écrit sur le panneau d'info, vu que la lave est sur le plateau et que ces milliers de blocs qui dévalent de là-haut sont autant de prismes basaltiques issus de son démantèlement… Fin du cours de géologie du jour !). Bon, aujourd'hui on n'a pas le courage de grimper là-dedans (comme j'avais fait il y a peu dans le Meygal plus au sud, dans les (plus gros) blocs des sucs du Mounier et de la Tortue, vu que là je n'avais pas le choix !). Ici il y a des bons sentiers des deux côtés, allez on prend celui de droite (les coureurs du Technitrail de Tiranges (30 avril 2016), eux, avaient dû monter droit dans les blocs, on les applaudit bien fort !!!). Et on arrive comme une fleur (des fleurs ?!) à la table d'orientation au-dessus de la coulée. On résiste à l'envie de pique-niquer ici (idéal bien sûr, avec bancs et table ombragés et la superbe vue vers « nos » Monts du Forez au nord, mais encore un peu tôt…). On attend pour ça d'être arrivés vers 13h à la table d'orientation suivante, celle de Montpré, plus au sud sur le plateau – autre endroit idéal, sans table ni bancs certes, mais avec une belle murette de… blocs, et une non moins superbe vue, mais vers le sud cette fois-ci, ses massifs et ses sucs. Une fois avalée la ronde de petits desserts et la liqueur digestive généreusement transporté(e)s par certain(e)s d'entre nous, merci à eux/elles (ah les joies de la démasculinisation grammaticale dans l'air du temps !), on repart, direction Chalencon, autre grand objectif annoncé du jour. Et en effet, à l'issue d'un nouveau petit exercice périlleux d'orientation, brillamment gagné une fois encore par Jean-François, nous plongeons sur cette petite bourgade médiévale perchée sur son promontoire rocheux au-dessus de l'Ance et sertie dans son écrin de verdure. Comme il y en a qui connaissent déjà tous les joyaux architecturaux de l'endroit (le château et la chapelle, le pont du Diable en contrebas, le pont Romain un peu plus loin), une petite discussion s'engage (le Diable, j'y vais / j'y vais pas ?). Et finalement on se met d'accord sur la solution idéale : y aller mais sans remonter du pont au village, vu qu'on peut poursuivre d'en bas, directement par le sentier dit des Mulets, le long de l'Ance jusqu'au pont Romain, et de là boucler la boucle par le GR jusqu'au point de départ de la rando. On entame donc la dernière partie de notre rando-découverte du jour par ce stimulant et très beau sentier des Mulets (des caravanes de mulets transportaient ici au Moyen Âge les marchandises entre le Velay et la vallée du Rhône) qui serpente au-dessus de l'Ance. Mais une fois arrivés au Pont dit Romain (qui ne l'est pas…), le dernier du jour sur l'Ance, et dernier bijou architectural, la montée finale est loin d'être terminée, et la rando s'achève donc en apothéose avec les derniers 260m de dénivelé (sur les 740 cumulés du jour), une paille pour des randonneurs(ses) chevronné(e)s comme nous tous (et toutes !). Bon, on sera de retour à Tiranges vers 16h50. Et à part un agriculteur sympa (sur le plateau, avec sa jument et un adorable poulain qu'elle a fini par adopter, non sans mal, après avoir perdu le sien, quelle histoire !), on n'aura rencontré à peu près personne de la journée… Et comme la fête s'achève comme d'hab par le pot rituel au café du coin, et que celui de Tiranges est fermé les mercredis comme par hasard, c'est donc à celui de Boisset (heureusement tout vert, lui - private joke pour Daniel…) que nous remercions Jean-François pour ce circuit mémorable, même pour celles (et ceux !) qui connaissaient déjà peu ou prou ces beaux hauts-lieux de notre Haute-Loire voisine.







CLUB ALPIN FRANCAIS SAINT ETIENNE
28 RUE MARENGO
42000  SAINT ETIENNE
Contactez-nous
Tél. 04 77 38 25 37
Permanences :
Horaire : Jeudi Vendredi de 17h30 à 20h Matériel Vendredi 19h à 20h
Agenda